Joyeux Noël, Merry Christmas

Résumé du livre:

Après huit ans passés à la présidence des Etats-Unis, Henry Parker Britland coule des jours heureux auprès de Sandra, Dite « Sunday », son épouse, jeune et brillante femme politique.

Mais on est pas impunément le couple le plus en vue des médias. Lorsque Tommy, le plus vieil ami d’Henry, est accusé d’avoir assassiné sa maîtresse, lorsque Sunday est enlevée par un réseau terroriste, Henry comprend qu’il lui faut se battre pour défendre son bonheur…

Mes impressions:

J’aime beaucoup les livres de Mary Higgins Clark, j’en ai lu des très bons comme des moins bons et je la classe dans mes auteurs féminin de thrillers sans hésitations.

J’ai donc décidé de lire Joyeux Noël, Merry Christmas pour le Cold Winter Challenge parce qu’il coller pile à la thématique d’un des menus et qu’il me faisait terriblement envie. Je me suis donc lancée dans la lecture du livre avec un grand enthousiasme. Malheureusement, j’ai déchanté arrivé au premier quart du livre. Il faut savoir que j’ai ce livre depuis des années dans ma bibliothèque et que je n’ai jamais lu le résumé du livre alors j’ai eu un choc quand j’ai su qu’en fait ce n’était pas un roman mais juste quatre histoires avec pour personnages principaux, l’ex président des Etats-Unis Henry Parker Britland et sa femme Sunday.

La première histoire qui se nomme « Un crime passionnel » était terriblement intéressante, une accusation de meurtre mais avec beaucoup de zone d’ombre à éclaircir, j’ai immédiatement aimé le concept, l’enquête avance à un bon rythme et le dénouement, que je n’aurais jamais trouvé, était vraiment bien fait mais quand j’attendais la suite, je suis tombée en fait sur un point final et ça passait directement à la seconde histoire.

Là, par contre, j’ai commencé à décroché, « On a enlevé la femme du président » titre de la seconde histoire, m’a laissé un arrière gout d’ennuie. Je n’ai pas aimé cette histoire, trop de politique à mon goût, l’histoire se partage entre les moments où Sunday fait face à ses ravisseurs et les moments ou Henry remue ciel et terre pour retrouver sa femme. Je ne dit pas que ce n’est pas intéressant mais ce n’est clairement pas le genre d’histoire que j’aime et trop de politique tue l’envie de continuer à lire.

Chose que j’ai faite pour la troisième histoire, « Ohé du columbia ! » j’ai lu la première page et je suis passé directement à la dernière histoire. Je n’ai aucun regret et je n’ai même pas eu l’envie ou la curiosité de pousser ma lecture de cette histoire précisément pour voir de quoi il en retourne.

La dernière histoire qui reprend le titre du livre est la seule des quatre qui se passe en hiver. Mais celle là je l’ai vraiment beaucoup apprécié. Elle se passe pile dans les jours qui entoure noël. L’ambiance de l’histoire est exactement ce qu’on attend d’une histoire qui se passe à noel, un feu de cheminée, un sapin fraichement coupé dans la forêt qui borde la propriété du couple, des souvenirs de noël qui remonte à travers quelques anecdotes et un petit imprévu qui pour une fois ne prend pas le chemin habituel des histoires que l’auteur nous sert d’habitude. L’histoire était belle mais triste aussi, terriblement humaine aussi, c’est pour ça que je l’ai apprécié.

Ce n’est pas le meilleur livre de l’auteur que j’ai lu mais c’est un livre qui pourrait nous donner un petit moment sympathique pour ambiancer un peu les fêtes de noel avec des petites histoires policières relativement courtes.

Publicités

Fille des cauchemars Tome 01 Anna

Résumé du livre:

Cas Lowood a hérité de son père une charge bien étrange : il tue les morts. Armé d’un poignard que lui seul peut maîtriser, Cas parcourt le monde accompagné de sa sorcière de mère et de son chat, véritable radar à fantôme.
Sa prochaine mission : anéantir Anna Korlov, dite « Anna vêtue de sang » . Encore vêtue de la robe qu’elle portait le soir de sa mort, l’esprit de la jeune fille hante la maison où elle a été assassinée. Malheur à quiconque ose s’aventurer de sa demeure : on n’en sort pas vivant.
Ce qui devait être un travail de routine se solde par un désastre. De chasseur, il devient la proie. Anna, la fascinante Anna, est bien plus puissante qu’il ne le pensait. Pourtant, elle a choisi de l’épargner… Pourquoi ? Qu’est-ce qui la rend si différente des autres fantômes ? Et qu’est-ce qui le pousse à remettre sa vie en jeu pour tenter de la tuer – ou de lui parler à nouveau ?

Mes impressions: 
Avant de commencer ce livre, j’avais entendu dire qu’il était pas terrible mais j’ai voulu me faire ma propre opinion et je ne voyais rien dans ce résumé qui ne me donnait pas envie de le commencer. 
L’histoire parle de chasse au fantômes, de sorcier, il en a pas fallut beaucoup plus pour éveiller ma curiosité. J’ai toujours aimé les histoires de fantômes, et quoi de mieux que ce livre qui mêle une chasse un peu particulière. 
L’histoire pourrait paraître banal, mais celle-ci, se révèle assez intéressante. Cas Lowood je vais pas le cacher, je ne l’aimais pas tellement au tout début du livre, très sûr de lui, il pense que sa nouvelle mission, celle d’Anna, va se dérouler avec la même rapidité que les autres, qu’il ne restera pas longtemps dans la charmante ville de Thunder Bay au Canada. 
Le début reste assez banal, on a un ado qui se mêle au autres en tant que nouvel élève du lycée Winston Churchill. Très vite il se fait de nouveaux amis et mène en parallèle une enquête pour récolter le plus d’info possible sur Anna à la robe de sang. 
Mais les choses ne se passent pas vraiment comme il l’espérait après une entrevue un peu surprise avec Anna, il s’avère qu’elle lui laisse la vie sauve. 
A partir de ce moment la vision de Cas commence à changer et j’avoue que ça fait du bien, il est bien plus déterminé à mener à bien sa mission, il se fait des alliés, se renseigne de manière beaucoup plus approfondie sur l’histoire d’Anna et finira par compléter les blancs de l’histoire grâce à un certain procédé. 
J’ai adoré Anna, la première fois qu’on la voit, elle est terrifiante, elle tue sans aucune hésitation et de manière assez précise, elle est démoniaque et on se demande bien à ce moment là quel moyen Cas va utiliser pour l’anéantir. 
L’histoire fait beaucoup moins ado tout d’un coup, elle passe un cran supérieur et devient même intrigante. Pour les préparatifs, Cas sort la grosse artillerie, de la magie vient faire son entrée, on apprend beaucoup de chose sur ce domaine auquel on ne fait qu’effleurer les choses durant l’histoire, on apprend aussi qu’un autre ennemi se mêle à la partie pour corser les choses. 
Alors quand ils arrivent tous chez Anna et mettent leur plan à exécution, on reste pris dans l’histoire, ce qu’on nous révèle par la suite est d’une horreur tout autre, on assiste impuissant à la vérité sur Anna . 
C’est cette partie je crois que j’ai vraiment apprécié, on nous donne les réponses à nos questions, qu’est-il arrivés à Anna? Pourquoi ne peut-elle pas sortir de sa maison? et surtout comment Cas va-t-il réussir à mener sa mission à bien? jusqu’au dernier moment j’ai été prise dans l’histoire mais quand arrive l’épilogue, je n’avais qu’une envie savoir la suite, repartir à l’aventure et découvrir Cas avec une vision différente de celle qu’il avait au départ. 
Bien que les avis du premier tome sont mitigés, j’ai beaucoup aimé l’histoire, qui devient plus intéressante au fil des chapitres. Alors forcément, j’en attend beaucoup pour le second tome. 

Pays de neige

Résumé du livre

La vie simple d’un village de montagne, à quelques heures de train de Tôkyô, où ceux de la grande ville viennent parfois skier.
Des montagnes recouvertes de neige immaculée tout l’hiver.
Une sorte de paradis tranquille, idéalisé par les yeux d’un citadin qui cherche à se ressourcer, à la recherche d’un éden perdu.
Un riche oisif de Tôkyô y vient régulièrement en villégiature et fait la connaissance de deux femmes dont une geisha.

Mes impressions

A défaut d’avoir un noël blanc par chez moi, j’ai décidé d’aller braver les montagnes japonaises à travers le livre Pays de neige. Ce livre a un petit quelque chose de très dépaysant, on suit l’histoire d’un riche oisif de Tokyo qui vient passer quelques jours dans une village montagnard afin de se ressourcer. On le suivra dont sur plusieurs années mais toujours à la période des premières neiges.

J’ai pu grâce à ce livre avancer les deux challenges que j’avais en cours, le #FFRAT et le #ColdWinterChallenge

Les livres asiatiques ont toujours ce petit effet apaisant sur moi, je ne sais pas si c’est dans l’histoire, ou dans le style de l’auteur mais au fil de la lecture je me suis sentie relaxée, dépaysée. Et bien qu’il ne se passent pas grand chose j’ai beaucoup aimé ce genre de lecture.

Ce que j’ai beaucoup apprécié ce n’était pas vraiment les personnages parce que suivre leur vie quasiment au jour le jour ne m’a pas intéressé plus que ça mais les descriptions du village, des environs, des premières neiges et l’évolution des habitants au fil des années.

Si vous vous attendez à de l’aventure en pleine nature, des découvertes en pleine montagnes ce livre n’est pas fait pour vous puisqu’il n’y a rien de tout ça. Mais il reste plaisant à lire.

Ma chronique est assez courte mais ce livre n’a au final pour moi pas grand chose à dire dessus. L’histoire est simple, la vie des personnages peut être à part celle de Komako en tant que Geisha est intéressante mais c’est tout le reste ne m’a pas fait grand impression. Cependant ça reste sympathique à lire pendant l’hiver bien emmitouflé sous un plaid avec un chocolat ou un thé bien chaud.

Misery

Résumé du livre

Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l’a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d’argent, mais l’a aussi étouffé : sa mort l’a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d’Annie Wilkes, l’infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d’avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n’a pas le choix…

 
Mes impressions
 
Troisième livre du Cold Winter, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre, impossible. Bien que je connaisse l’histoire par le film, j’avais quand même quelques zones d’ombres sur la fin et je ne me souvenais que très très vaguement de ce qui se passait.
Ce fut l’occasion idéal pour se lancer dans le livre et redécouvrir l’histoire de Misery. Le livre en lui-même n’est pas trop gros, il fait un peu plus de 400 pages mais pourtant j’ai eu du mal à le lire.
 
Comme tous les livres de Stephen King, on a notre dose d’horreur, en général elle met un peu de temps à arriver mais dans le cas de cette histoire, on l’a presque d’entrée de chapitre. L’histoire de Paul Sheldon pourrait paraître banale aux premiers abords, un écrivain à succès se retire dans une lieu hors de la ville pour s’attaquer à son nouveau roman. Depuis que Paul Sheldon à mis le point final à l’histoire de Misery Chastain, il se sent libre à nouveau et se retire pour écrire son nouveau livre. Une histoire qui sera complètement différente et qui apportera d’autres sensation mais un accident vient mettre fin à cette euphorie et l’histoire de Stephen King commence vraiment à ce moment.

 

Jusque là rien d’intéressant, mais lorsque Annie Wilkes entre en scène, on ne s’attend pas du tout à tout ce qui va suivre. Annie est infirmière et sur le chemin du retour qui mène à chez elle, elle tombe s’arrête près de la voiture accidenté et sauve Paul Sheldon en le ramenant chez elle et en le soignant. Grande admiratrice de l’auteur et de ses romans, elle lui fait part de son mécontentement quand à la mort de Misery Chastain et l’oblige de ré-écrire le dernier tome.

 

C’est à partir de là que j’ai eu des frissons, nous voyons l’histoire à travers les yeux de Paul Sheldon et rien qu’a sa façon de décrire Annie, on entre directement dans l’horreur et encore on est loin de la véritable Annie. Tout le long de l’histoire le pauvre Paul va découvrir qu’il aurait mieux fallut qu’il y passe dans l’accident plutôt que de se faire secourir par cette femme.

Annie pourrait paraître gentille, douce et sympathique mais il n’en ai rien, on apprend à la connaitre et on est très loin de se douter que derrière cette façade se cache une femme sans coeur, cruelle et sans aucune compassion ou pitié. Certaines scènes du livre m’ont donné des nausées ou des haut-le-coeur, ce livre est dérangeant, brutal et joue terriblement sur le côté pression psychologique du personnage. Alors que Paul avance doucement dans son livre, on plonge à un moment dans le passé d’Annie et on apprend avec horreur ce qu’elle a fait. On avance aussi vers la fin du livre et on comprend ce qui va forcément arriver et tout espoir de voir quelque chose de différent commence doucement à s’estomper et pourtant une dernière faible étincelle d’espoir remonte à la surface et nous mène droit à une scène digne d’un film d’horreur.

Ce livre m’a dans un sens horrifiée mais aussi bouleversé, j’ai trouvé Paul très courageux dans sa malchance, je ne sais pas si dans son cas qui que ce soit aurait pu tenir autant que lui. Pour moi, il a fait face au mal en personne et a tenu bon jusqu’à la toute fin.
C’est un très bon livre de Stephen King à lire, il est psychologiquement déstabilisant et choquant mais tellement bon aussi.

 

Pour suivre l’actualité de Stephen King, je vous invite à visiter le site Stephen King France

La croisière de Noël

Résumé du livre: 

Mary Higgins Clark et sa fille Carol vous accueillent à bord du « Royal Mermaid ». Comme Alvirah Meehan et Regan Reilly, leurs héroïnes préférées, vous ne risquez pas d’oublier cette croisière de Noël. Disparitions, menaces, détournements… le voyage s’annonce mouvementé !

Mes impressions:

Premier livre du challenge et je commence directement avec un thriller. De quoi se mettre directement dans une ambiance Noël un peu mystérieuse.

Je n’ai pas choisi ce livre au hasard, comme vous pouvez le constatez en lisant le résumé, ce livre parle d’une croisière de Noël, du départ vers une aventure qui va durer 4 jours. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec le challenge. Le Cold Winter et pour moi un petit voyage vers une aventure remplie de surprises et ce livre représente exactement le départ vers ce voyage mystérieux.

Ma lecture de la croisière de Noël se trouve quand même assez mitigé, quand j’ai lu le résumé, je m’attendais à beaucoup de chose, mais je n’ai eu que les trois quart de ce que j’espérais et j’avoue avoir été un poil déçue sur la fin.

On embarque à Miami sur le navire du Commodore Weed, le Royal Mermaid. Ce bateau à une longue histoire, il est passé par de nombreux propriétaires mais le Commodore l’a acquis et restauré dans le seul but de vivre à bord et d’organiser des croisières afin de faire profiter à ses futurs passagers d’un voyage agréable. Pour inaugurer son premier voyage, celui-ci propose une croisière d’ouverture, « La croisière de Noël ».

J’ai beaucoup aimé le concept, passé les fêtes de noël sur un bateau avec des invités de marques, et des activités assez originales pour passer le temps et surtout ne pas s’ennuyer. Je voyais déjà le bateau dans son ensemble, décoré pour l’occasion, dans une ambiance noël mystérieux. Des pères noël passant d’invités en invités pour rester dans l’ambiance fête. J’ai été au départ très enthousiaste et quand on a commencé à découvrir les premiers passagers, j’ai trouvé que ça ressemblait presque à une grande fête de retrouvaille entre amis. L’ambiance était agréable mais comme dans tous les livres de Mary Higgins Clark et même si sa fille a collaboré avec sa mère pour celui-ci, je ne pouvais m’empêcher de guetter les premiers signes d’événements qui allait marquer cette croisière.

Et c’est là que j’ai commencé à espérer voir quelque chose qui n’est pour moi jamais arrivé. Les choses sont bien faites puisqu’on a des indices qui viennent s’immiscer tout au long de l’histoire, des rumeurs pour commencer, des détails qui pourraient paraître insignifiants et situations qui viennent troubler ce voyage. Je m’attendais à quelque chose de plus sombre, de plus noir, je sais que ça se passe à la période de noël et que ça devait presque rester léger mais c’était justement trop léger à mon goût. J’ai quand même apprécié l’enquête discrète qui s’est déroulé sur le navire, les détectives ont pris les choses en mains nous démontrant avec brio leur capacités à résoudre ce mystère. On sent les révélations arrivées et la situation devenir un peu plus étrange mais le final m’a donné une goût un peu amère.

Je suis ressortie de ma lecture avec un sentiment partagé, la croisière s’est annoncé moins palpitante que je l’avais espéré mais elle me laissera quand même un agréable souvenir.

La maison du clair de lune de Mary Higgins Clark

Résumé du livre:

Une vieille dame riche, Nuala Moore, heureuse de retrouver après vingt ans de séparation la fille de son ex-mari, qu’elle adorait.

Des morts suspectes dans une luxueuse maison de retraite pour milliardaire, Latham Manor à Rhode Island.

Une ancienne coutume victorienne: attacher à la main des morts un fil permettant d’actionner une clochette à l’extérieur de la tombe, au cas où ils auraient été enterrés vivants.

Et Maggie, jeune et séduisante photographe New-Yorkaise, qui a vu ce qu’elle ne devait pas voir.

Mes impressions:

J’ai commencé ce roman il y a quatre jours de ça, et malgré le fait qu’il soit pas très épais (il ne fait que 372 pages) je l’ai trouvé vraiment très long à lire. L’édition de mon livre date un peu (1996) et c’est vrai que c’est écrit assez petit ce qui n’arrange pas la lecture, mais je lai enfin terminé.

Je connaissais déjà l’histoire du livre par le téléfilm sur lequel je suis tombée il y a quelques semaines, bien qu’il soit complètement différent du livre, je savais le plus gros du déroulement et vu que je l’ai pris en cours de route, je n’avais pas tous les éléments pour pouvoir l’apprécier.

Ça fait le deuxième livre que je lis et qui ne me plait pas tant que ça et je suis assez déçue sachant que c’est la première fois qu’un roman de cet auteur me fait cet effet là. La maison du clair de lune est assez déroutant, on a un résumé qui donne envie, une couverture intéressante et pourtant il est vraiment au dessous de ce que j’attendais. Bien que les personnages soient pour la plupart assez sympathique, je trouve qu’il y a en quand même beaucoup à présenter, et les différents chapitres qui marque un petit bout d’histoire de chacun, c’était une bonne idée mais un peu pesant sur la fin.

Je n’ai pas  vraiment retrouvé  l’urgence qu’il y a dans les bons romans de Mary Higgins Clark, il y avait beaucoup de longueurs de passages dont je me suis complètement désintéressé, et qui m’ont, à plusieurs reprises, donné envie d’abandonner ma lecture. Je pense que le fait de faire entrer en scène beaucoup de personnages a complètement tué le rythme de l’histoire principale. Je ne vais pas m’étendre sur les points négatifs, ça risquerais de tiré en longueur.

Malgré ça, je me suis quand même accroché pour voir si la fin du livre concordait avec la fin du téléfilm que j’avais trouvé affreuse… Et par chance, non, la fin était bien mieux, j’ai vraiment bien aimé, et j’ai été surprise par l’identité de l’assassin, je l’avais pas vu venir.

Ce que je retiens de ce livre, il y a une bonne histoire, de bons personnages (certains seraient même à enlever tellement ils m’ont paru inutile) et si on supprime les longueurs on peut avoir un bon bouquin. Une chose est sûre, je ne le relirais pas.

Bilbo le Hobbit de J.R.R Tolkien

Résumé du livre:

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n’aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d’un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n’ont qu’une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition.


Mes impressions:


J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune organisé par Plumeline sur le forum de Livraddict qui se termine le 07 septembre prochain. 


J’ai préféré prendre de l’avance sur la lecture du roman sachant que j’aurais un été assez chargé, j’avais peur de n’avoir le temps de lire ce livre. Je l’ai donc terminé avec un bon sentiment, j’ai eu l’impression en lisant les dernières pages de rentrer d’une longue aventure. 


Je suis à la base, une fan du Seigneur des anneaux, des films plus précisément. Je n’ai cependant pas encore eu le courage de me lancer dans le roman que j’ai depuis plus de cinq ans déjà chez moi.

Quand j’ai commencé à lire Bilbo le hobbit, j’ai eu l’impression d’entrer que j’allais vivre une aventure merveilleuse, entre le résumé et la couverture du livre, c’est l’impression que j’en ai   eu et qui finalement s’était avérée exact.

L’histoire commence assez calmement avec un Bilbo qui ne se doute pas que sa vie et sa vision des choses vont beaucoup changé, ensuite tout s’enchaîne, l’arrivée de ses compagnons de route et tout déraille, j’avoue avoir bien rit sur cette partie de livre, puis l’aventure commence enfin. 

Durant l’aventure de notre cher Bilbo, on rencontre toutes sortes de créatures et de personnes plus ou moins amicales, on découvre des facettes qu’on aurait jamais soupçonné chez notre Hobbit aventurier, ce qui rend l’histoire assez sympathique. Toutes sortes de lieux sont décrits et des situations assez drôles suivent aussi.

J’avoue quand même avoir eu du mal sur les 50 premières pages, j’ai même faillit abandonner ma lecture mais j’ai préféré continuer pour ne pas rester sur une fausse impression et j’ai bien fait. 
L’histoire devient plus intéressante et plus stressante par moment et ça attise notre curiosité et c’est là que j’ai eu du mal à lâcher le livre.
Arrivé à un certain moment, je me suis mise a appréhender la suite des chapitres, j’avais peur d’être déçue, je me suis dit ça va finir en queue de poisson et ça gâchera l’histoire. Lors des derniers chapitres, je me suis aperçue que mon appréhension n’était pas fondée, je m’étais trompée, la fin était superbe, juste ce qu’il fallait et comme j’ai dit plus haut, j’ai eu l’impression en lisant les dernières pages de rentrer moi aussi d’une longue aventure.




Logo Livraddict

Un cri dans la nuit

Résumé du livre:
Jeune divorcée, Jenny se débat dans la vie pour élever ses deux petites filles. Lorsqu’elle fait la connaissance du beau, riche et irrésistible Erich Krueger, Jenny a le coup de foudre. Après une cour hâtive, Erich l’épouse et l’emmène avec ses filles chez lui, au Minnesota, dans une maison de rêve. Mais le bonheur de Jenny ne dure pas longtemps. Bientôt survient une succession d’incidents étranges et terrifiants ; le conte de fées tourne à l’épouvante…

Mes impressions:
Je viens de terminer ce livre il y a quelques instants et je suis assez contente dans l’ensemble de ma lecture. Dans les premières pages, j’ai été surprise, l’histoire ne commence pas du début, Mary Higgins Clark nous plonge directement dans un passage assez important pour l’histoire et pourtant, on apprend pas grand chose de plus. 
J’aime beaucoup la suite, la rencontre entre Erich Krueger et Jenny, leur rapprochement puis leur vie dans leur nouvelle maison dans le Minnesota. J’ai moins aimé le train train quotidien qu’on nous décrit c’est voulu mais je trouve ça un peu inutile du moins pendant quelques pages ensuite ça commence à devenir vraiment intéressant, des questions sont soulevées, des réponses suspendues qu’on essaie de trouver en vain, des faits étranges et des comportements hallucinant !!! ahhh que j’aime ces moments là, où plus on avance et moins on comprends ce qui se passe, on se demande même si on devient pas fou nous aussi ^_^

Ce que j’ai vraiment aimé, voir même adoré, ce sont les derniers chapitres, là où tout se met en place, j’ai eu l’impression plusieurs fois de voir des scènes de « Psychose ». Le dernier chapitre était tellement passionnant et étrange que j’en ai eu du mal à trouver le sommeil, chose qui est assez rare quand je lis mais là c’était vraiment plus que troublant !!! 

Toutes les réponses sont révélées, on entre définitivement dans l’horreur, puis doucement, on voit la fin arrivée, on assiste à quelque chose de plus doux comme au début du livre. 

Logo Livraddict

La nuit du renard

Résumé du livre:

Ronald Thompson doit mourir sur la chaise électrique. Témoin terrorisé, le petit Neil a affirmé, au cours du procès, le reconnaître comme le meurtrier de sa mère. Mais Ronald a toujours clamé son innocence. À quelques heures de la sentence, l’enfant est enlevé avec une jeune journaliste amie de son père, par un déséquilibré qui se fait appeler Renard. Il les séquestre dans la gare centrale de New York. Le kidnappeur menace de faire sauter une bombe au moment précis où le condamné sera exécuté. Existe-t-il un lien entre ces deux terribles faits divers ? Un innocent va-t-il payer pour le crime d’un autre ? Une course contre la montre s’est engagée…

Mon avis:

J’ai étalé ma lecture sur plusieurs semaines pour la simple raison que je n’ai pas eu le temps de lire tous les jours. Mais ce n’est pas si grave, j’ai quand même pu apprécier ce livre au maximum.
Ce que j’aime dans les livres de Mary Higgins Clark c’est qu’il y a toujours ce petit quelque chose qui rend les lecteurs complétement accro. C’est le cas avec celui-ci, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, le début me plaisait pas trop, j’avais l’impression que l’action n’allait jamais arriver. Mais ensuite tout s’est accéléré, j’ai été complétement séduite, les actions se sont enchainées les unes après les autres. L’angoisse,  la peur, les enquêtes, il y avait tout ce qu’il fallait. Je vivais les émotions en même temps que les personnages, j’ai été effrayée, dégoutée, émue, triste comme eux, c’était dingue.
Les derniers chapitres étaient je pense les plus intenses, c’était la résolution de tout, j’en ai frissonné tellement le rythme était soutenu et j’ai même verser une petite larme sur les dernières pages.

Logo Livraddict

Cette chanson que je n’oublierai jamais

Résumé du livre:

Une ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay? D’où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l’obsède-t-elle à ce point ? En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène un peu floue, lorsqu’elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi. Depuis, Kay a épousé Peter, l’héritier de la famille. Mais des soupçons planent sur son époux à propos de la disparition d’une jeune fille et a mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, Peter est emprisonné… Convaincue de son innoncence, Kay se lance sur la piste de cette musique sans savoir qu’elle recèle un secret très dangereux – pour elle, et pour lui.

Mon avis:

Je suis dans une période très lecture, bien qu’ayant mis de côté un peu trop longtemps mes livres j’ai décidé de tout reprendre en commençant par ce livre de Mary Higgins Clark.J’ai eu un réel coup de coeur pour ce livre, j’ai beaucoup aimé l’univers. Kay Carrington est quelqu’un de très sympatique, toujours positive et qui malgré les épreuves qu’elles a subit reste elle même. J’ai essayé de suivre l’enquête et d’essayer de trouver l’assasin avant la fin du livre mais je me suis trompée lourdement et j’ai fait chou blanc.

Un bon livre qui reviendra surement dans mes lectures quand j’aurais épuisée toute ma PAL  ^^

Logo Livraddict